Fumer des truites

Fumer-des-truites- A berlin - Photo copyright Didier Laget
« Passez nous voir dimanche, on fumera des truites au moins jusqu’à l’heure de Tatort. »
Comment résister à une telle invitation?


Fumer-des-truites A berlin - Photo copyright Didier Laget C’est un immeuble qui a été construit après la dernière guerre autour des ruines d’un vieux bâtiment industriel des années vingt. Une petite forêt vit sa vie dans les ruines. Des arbres sortent par les fenêtres, d’autres poussent les murs encore debout.

On doit trouver notre chemin dans ce dédale de cours et d’arrières cours pour finalement arriver à une clairière, au milieu de laquelle deux tubes fument et diffusent une odeur de… poisson fumé.

Les tubes ont été réalisés avec d’anciens réservoirs d’eau chaude, à leur base des cendres incandescentes et à la place du haut qui a été découpé, une épaisse couverture marron étouffe l’ensemble.

De temps en temps en temps notre hôte verse de l’eau sur le drap. Il fume une quinzaine de poissons à la fois. C’est insuffisant pour fournir tous les gens qu’il a invités, pourtant tout le monde est resté après que Tatort a commencé. Pour l’ambiance.
Berlin!
Fumer-des-truites- A berlin - Photo copyright Didier Laget

4 réponses

  1. ca donne plus envie que les wurst dans Görlitzer Park… l’endroit à l’air magique, tu me donnera l’adresse que j’aille y mettre mon appareil photo ?

  2. et on boit quoi avec ses merveilleuses truites ? ne me dit pas que tu as accompagné ce poissons fumé avec de l’eau …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le