Encore le Traité de Rome

traite-de-rome-01-DSC_3019
Je voulais aller voir la Porte de Charlottenbourg dont la restauration est quasi finie, malheureusement, j’avais oublié que Berlin continuait de célébrer les 50 ans du Traité de Rome. En bas d’Unter der Linden, mon vélo et moi même tombons nez à nez avec des forces de l’ordre par milliers, des touristes par milliards, des équipes de TV par trilliards. Ce beau monde s’est réparti l’espace avec plus ou moins de succès. Toutes les TV ont tourné leurs caméras sur le Musée d’histoire Allemande, et les touristes passent devant les caméras, assez flattés que les objectifs pointent vers eux.


Le plus étonnant, c’est la place devant l’Hôtel de Rome. Elle a été transformée en parking à voitures blindées de présidents des républiques européennes. Elles sont toutes là avec leurs petits drapeaux. La présence policière est très imposante, je pense qu’il ne viendrait à personne l’idée de voler un de ces véhicules, mais juste au cas où, un hélico fait un stationnaire au dessus du parking.

traite-de-rome-02-DSC_3038

Je continue mon chemin et arrive porte de Brandebourg. Sur scène trois jeunes filles remuent les hanches en rythme sur un play-back de Soul et de R&B de supermarché. Le premier rang du public est constitué de très très jeunes filles en transe, elles pleurent, hurlent s’arrachent les cheveux, pourtant il n’y a pas de quoi. Tout ça ressemble à la Starac. Mais le trio doit être connu. Melrose ou Monrose, je ne sais plus.
traite-de-rome-03-DSC_3015

La foule est dense comme un gâteau de riz, difficile de se glisser entre les grains. Finalement, j’arrive à la Charlottenburgertor et je ne suis pas plus impressionné que ça. Peut-être manque-t-il encore un bout.

3 réponses

  1. J’avais pris mon billet d’avion Genève-Berlin il y a des mois de cela, pour aller voir mon petit frère qui vit à Prenzlauer. Quelle fut ma surprise quand, tout frais débarqué à Schönefeld, je découvre que j’arrive en pleines festivités pour les 50 ans du Traité de Rome. Il faut dire que nous autres, petits Helvétiques, sommes ma foi un peu moins de la fête… Mais comme vous, j’ai vécu les hordes de touristes (dont moi), les vagues vertes de policiers et le ballet de grosses mercedes noires aux vitres teintées. Très impressionnant. Et si les policiers allemands sont plus impressionnants que les pandores suisses, ils restent très polis: quand Angela M. et ses amis sont passés en trombe avec leur garde rapprochée dans une petite rue près de Brandenbourg, un camion vert et blanc nous disait gentiment « liebe füssganger, bitte bleiben Sie auf die Strassenseiten » (ou qqch comme ça). ça a tout de suite calmé les touristes outrés d’être les otages des puissants.
    Bref, ce petit mot aussi pour vous dire – enfin – à quel point votre blog est agréable à parcourir. Chaque jour je vais voir si une nouvelle image est apparue. Bonne continuation…

  2. Monrose ! Mais je suis pas fan, j’ai juste regarder plusiquers fois l’émission « the dome » et les comet =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le sol de la Mainzer Straße

Mainzer Straße – Le sol

Je parie que vous ne regardez même plus le sol de la Mainzer Straße. Moi si. Pour en savoir plus sur le Corona, lisez Tout sur le COVID de Berlin.

Berlingegencorona

#berlingegencorona

En pleine pandémie du Covid, une mamie de Berlin lance un message fort à l’encontre de ceux qui ne portent pas de masque. L’accroche qui se traduit par « Un doigt pour ceux qui ne portent pas de masque » m’évoque le