DTV publie notre dernier bouquin Zuckerkringel-Ferien mit Marie

Zuckerkringel-Ferien mit MarieDTV vient de publier notre dernier bouquin : Zuckerkringel-Ferien mit Marie. Une histoire d’amour entre un jeune allemand et une petite française, dont l’écriture nous a mis sans dessus dessous, tant nos héros nous ont habités. En plus l’illustratrice, Joelle Tourlonias, a parfaitement capturé, les couleurs, le ton de notre récit et les postures de nos personnages.

L’histoire se déroule de nos jours, elle est racontée du point de vue de Max, 10 ans, qui va passer des vacances en famille dans un village en bord de mer, dans le sud de la France. Max n’a qu’un seul but, faire naviguer le voilier télécommandé qu’il a construit durant l’hiver. Le jour même de son arrivée il rencontre Marie. Elle a le même âge que lui mais tandis qu’il ne pense qu’à s’amuser, elle travaille déjà pour ses parents, elle lui explique qu’elle a besoin de beaucoup d’argent. Pourquoi faire?

C’est le 13è bouquin que nous publions ensemble, ce serait vraiment bien si un éditeur français le distribuait en France.

Zuckerkringel-Ferien mit Marie chez Amazon.de

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Kiba en kit - photo Didier Laget

Le Kiba qu’est-ce?

La première fois que je suis venu en Allemagne, c’était avec des Anglais qui avaient beaucoup d’a priori sur les Allemands ( ils vivent de bières, de choux et de saucisses ). Dans un Biergarten bien rempli, nous avions trouvé

Berlin me manque

Heimweh

Heimweh – Berlin me manque, mon amoureuse me manque. On a été confiné un mois en Catalogne où nous étions partis travailler. Au début c’était gérable, puis devant l’ambiance insupportable créée par les Mossos (police catalane) et par Quim Torra,

1er-mai-a-Kreuzberg A berlin - Photo copyright Didier Laget

Le Premier mai à Berlin

Pour le premier mai, Berlin est à la fois une ville éxaspérante et géniale, c’est le dosage qui varie et qui fait que depuis cinq/six ans, je quitte Berlin pour aller au bord d’un lac, le temps que tous les