Victoria, LE film à voir

victoria-le-filmCe film est comme la vie, on croit qu’on sait ce qui va se passer, mais on est toujours surpris. C’est le film à voir en ce moment.

Souvent, les gens qui parlent de Victoria, mettent en avant le fait que ce film a été tourné en un seul plan. C’est bien plus que ça, c’est aussi des acteurs incroyables qui ont improvisé les dialogues et qui nous tiennent en haleine jusqu’au générique de fin. Déjà, rien que Laia Costa et Frederick Lau auraient dû recevoir un “Ours d’or” pour leur interprétation, seconde après seconde, sur pleins de registres différents.

Les autres acteurs, Franz Rogowski et Burak Yigit et Max Mauff et Andre Hennick sont touchants et vrais. L’image est superbe (Sturla Brandth Grøvlen, incroyable), tout comme le son qui parfois devient même l’acteur principal du film (je ne dis pas quand pour ne pas gâcher le plaisir). La bande-son, signée Nils Frahm, est tout juste parfaite. Un immense bravo au réalisateur Sebastian Schipper, dont le scénario est très bien ficelé et qui a su préparer tout le monde puisqu’il n’avait pas la possibilité de dire “on la refait coco” ou, “qui m’a mis cette voiture dans le champ ? ». On commence tout doucement, ça flotte un peu, on sent qu’un truc se prépare… Et puis c’est une montée en puissance formidable et désespérée.
Pour son superbe travail, le cadreur Sturla Brandth Grøvlen a reçu “l’Ours d’argent de la meilleure contribution artistique » mais Victoria valait bien, quelques “Ours d’or”, qu’il aurait certainement obtenu, s’il avait été tourné en Iran, au Chili ou en Roumanie…

Le plan séquence, parlons en, a commencé à 4:30 du matin, il dure 140 minutes époustouflantes dans 22 lieux différents, donc lumières, sons, et cadres différents, imaginez l’organisation nécessaire pour ce projet et le niveau des acteurs qui ont dû jouer sans répétition préalable ni possibilité de refaire une scène.

Allez le voir, ce sont deux heures qui vous laisseront à bout de souffle, comme dirait Godard.

Mise à jour :
Enfin, Victoria, vient de recevoir 6 prix au Deutscher Filmpreis : Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleure Premier Rôle féminin, Meilleur Premier Rôle Masculin, Meilleur image, Meilleur musique. Il est aussi est nominé pour le Son.

Post Mailum:
Oui, encore une fois je montre mes limites en utilisant de manière incontrôlée les superlatifs.

You may also like...

3 Responses

  1. Etienne says:

    J’ai eu la chance de la découvrir lors de la Berlinale. Je suis du meme avis, ce film est tellement fort et rassemble des sentiments qui vont d’un extrême à un autre. Jamais un film ne m’a autant “épuisé”. C’était comme avoir couru un marathon à la fin. À voir !!

  2. Mailik says:

    Merci, Geil film !

  3. Laurent says:

    Très bien, j’en avais entendu parler pendant la Berlinale justement, je partage ton avis à 100%. A voir!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *