Shakespeares Sonette au Berliner Ensemble

shakespeares-sonette- A berlin - Photo copyright Didier Laget
J’étais lundi dernier au Berliner ensemble voir Shakespeares Sonette et une fois de plus j’ai été conquis par la mise en scène d’un Robert Wilson hallucinogène, les acteurs et la musique. Préparez-vous à une nouvelle liste de superlatifs.


Robert Wilson a trouvé son inspiration dans nos rêves et nos cauchemars, il nous les représente avec son vocabulaire de postures figées, de silences brutaux, de lumières somptueuses, d’objets volants, de passages secrets et mouvants et de chorégraphies graphiques.
Le plaisir est total, la langue et belle, certains sonnets ont été traduit en Allemand, d’autres sont en VO (si je puis dire). La mise en scène est vertigineuse, d’ailleurs mise en scène n’est pas un terme approprié tant Robert Wilson la malaxe – la scène – tant il en repousse les limites en trompant nos sens.
J’ai préféré Lulu, mais je retournerai voir les Sonnets si je peux, ne serait-ce que pour ces moments de grâces où les voix des acteurs rejoignent la musique composée par Rufus Wainwright et interprété par des musiciens inspirés, j’ai adoré comment les cordes du Isang Quartett se mélangeaient aux sons électroniques ou amplifiés du reste de l’orchestre.
Encore une fois je dis bravo aux acteurs, Georgios Tsivanoglou, très drôle, qui jouait un Cupidon stupide, Stefan Kurt dans le rôle de Shakespeare et qui remplaça au pieds levé Inge Keller, malade. Dejan Bućin, Katharina Susewind, Claudia Burckhardt, Winfried Goos, Ursula Höpfner-Tabori, Christopher Nell, Christina Drechsler, Ulrich Brandhoff, Sylvie Rohrer, Jürgen Holtz, Traute Hoess, Anna Graenzer, Ruth Glöss fragile et tellement drôle, Anke Engelsmann, Georgette Dee et Krista Birkner.
Encore une fois je dis bravo aux musiciens, le même groupe que pour Lulu, c’est à dire Stefan Rager, Hans-Jörn Brandenburg, Dominic Bouffard (guitariste extraordinaire), Andreas Henze plus le super quatuort: Sangha Hwang, Yewon Kim, Sara Kim, Yeo Hun Yun.
Bref, 3h45 de bonheur.

You may also like...

2 Responses

  1. Nat says:

    J’y ai assisté en juin dernier (au 1er rang en plus), mais quelle spectacle! Trop trop bien, à conseiller vivement! Ca a duré 3h45…j’aurai pas cru 🙂

  2. Mariuccia says:

    Ah! Le Berliner Ensemble, quelle troupe!
    Je ne savais pas que les sonnets de Shakespeare était un si bon spectacle, les comédiens avec qui j’ai fait un jour le trajet Berlin-Paris, s’étonnaient du succès. Du coup je n’y suis toujours pas allée…
    Si vous voulez vous amuser allez voir Was ihr wollt. La mise en scène est un peu facile mais la musique est très présente et Thomas Quasthoff en bouffon est excellent.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *