Riche mais Toc?


Il y a quelques jours, je disais que rien n’avait changé à Berlin pendant mon voyage en Californie, je change d’avis. La rénovation/gentrification/boboisation de Bergmann Strasse a progressé à grands pas, les boutiques pas lounge ou pas assez fashion ferment les unes après après les autres.


Ont fermés :
Satici, une épicerie-boucherie turque où il y avait du choix et des tarifs sympas,
Barcomi’s, le rendez-vous des étudiants américain en manque de caféines,
Krieger, la vieille Reformhaus.
Mais aussi dans le quartier, un génial épicier Coréen à l’angle de Mehringdamm, et comme le constate Ed Ward, un restaurant Sri Lankais sur Gneisenaustraße.

Je n’oublie pas le Marché de Marheinekehalle qui a été complètement relifté, l’arrivée de clones de Starbucks, le vieux réservoir de Gaz de Körtestraße transformé en lofts de luxe et le centre de wellness machin en face du bar 103, qui a sans doute sonné le début de la spécultaion immobilière.
Alors qu’est-ce que je veux dire avec ça?
Je veux juste dire que j’ai peur qu’en éloignant les gens qui font d’un quartier ce qu’il est, et en les remplaçant par des gens qui ne seraient pas venus habiter avant sa waltdisneyation, le quartier en question perde son âme. Wowi disait que Berlin était “pauvre, mais sexy”, ce serait dommage que Berlin devienne riche et toc.
Mise à Jour : Barcomi’s n’a pas fermé.

You may also like...

4 Responses

  1. mariuccia says:

    Très juste cet article; cela dit, il y a un moment que la Bergmanstrasse est le lieu cool branché où on s’affiche en terrasse. Pas étonnant que cela prenne tout doucement le chemin de Prenzlauer Berg..

  2. Atmen says:

    sur le même sujet, quelquechose qui va bien t”énnerver
    http://www.carloft.de

  3. Didier says:

    @mariuccia c’est vrai mais dans les appartements au dessus des terrasses il y a encore une grosse majorité d’habitants “historiques” du quartier. Il suffit pour s’en rendre compte de se ballader tôt les matins. Je trouve que le mix fonctionne plutôt bien , enfin pour le moment.

  4. yannick says:

    Oui elle est triste ton histoire. J’ai peur que Berlin ne devienne un jour un Starbucks de pacotille où l’on vient boire son café en apportant sa tasse…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *