Quelques trucs que vous pouvez éviter de manger à Berlin

Quand on tape manger à Berlin dans Google on tombe sur une liste sans fin de commentaires sur l’incroyable excellence de Curry 36 ou de Konnopke, les sublimement délicieux kebabs de Mustafa, ou les pizzas exquisément rondes et plates d’Il Casolare ( exquises, parce qu’elles sont servies par des punks trop drôles ).

Des extases gustatives pour lesquels il faut absolument faire la queue pendant une heure, sinon on ne croirait pas que tu as été à Berlin. Parce que tu n’es pas là pour manger, mais pour faire des selfies, sous lesquels tu vas noyer tes amis restés en France (la France, quel ennui!) à travers ton profil Facebook ou ton compte Instagram.

Cependant, il y a aussi des choses qu’on peut éviter de manger à Berlin, et bien que d’habitude j’évite de dire du mal, là je suis désolé, mais je vais plomber l’ambiance avec 4 produits non gastronomiques. Pas d’inquiétude, vous trouverez quand même dans ce bouillon, de vrais morceaux de street-art, de politique et même Brezhnev.

Comment savoir que ne pas manger à Berlin?

Mon conseil : se méfier systématiquement des produits qui mettent en avant une grand-mère, une jeune fille, ou la RDA.

La Soljanka avec de la bonne eau potable

En RDA, ce plat était improvisé avec les restes et un peu de sauce tomate (sucrée) c’est typiquement le plat dont la recette est très variable. J’en ai mangé du temps du mur, et depuis sa chute et on ne peut pas dire que l’enthousiasme m’a gagné, mais quand la faim tenaille, j’imagine qu’on puisse adorer ce plat.

J’ai récemment goûté une Soljanka en conserve. Disons que j’en ai mangé une cuillerée et une bouchée de saucisse toute molle, puis j’ai abandonné. J’aurais dû me méfier car la marque met en avant une grand-mère – “Aus Omas Kochbuch”

Et aussi à cause de sa composition qui à part l’eau potable, semble réunir tous les composants que l’on retrouvait dans l’air au-dessus de Bitterfeld du temps ou Oma était vivante.
Eau potable (Potable!)
Ketchup de tomate (17%) dont concentré de tomate, amidon,vinaigre d’alcool, gros sel, sirop de glucose-fructose, farine de graines de guar, acide benzoïque, acide sorbique, acétate de sodium, acide malique, acide citrique, acide ascorbique, saccharine.)
Hachis de viande (12%)
Cornichons à la russe
Poivron, poitrine fumée (6%)
Oignon
Condiments
Épices
Amidon
Sel de cuisine iodé
Sucre
Diphosphate
Monoglycérides
Diglycérides
Ascorbate sodique
Nitrite de sodium

Maggi fait aussi sa version, mais je n’ai pas trop envie d’essayer, pas maintenant.

Leha GmbH Original Schulküchen Tomatensoße

Vous pouvez aussi éviter l’Originelle Soupe de Tomate de la cantine, trop sucrée et qui fait fort en mettant en avant:
– Le bon vieux temps de la RDA – Avec l’emblème de la DDR et cette phrase “Einfach, echt und schmeckt wie früher”, “Simple, authentique et le même goût qu’avant”
La jeune fille en tenue de pionnière de DDR
– La composition dont je ne vous cite que les 3 premiers ingrédients
Eau potable (encore!)
Concentré de tomates (14%)
Sucre (quantité secrète 🙂

Kalter Hund – Oma Hartmanns

Fabriqué à Dresde, ce biscuit au chocolat trop sucré et gras est écoeurant et ce n’est pas surprenant quand on voit que le premier ingrédient est, encore une fois, le Sucre et le second, l’huile de palme.

Alionka, le chocolat Russe

Alionka est un chocolat fabriqué à Moscou dans une usine qui s’appelle “Octobre Rouge”. La marque affirme utiliser d’excellentes fèves de cacao importées d’Equateur, de Trinidad ou d’Indonésie, elle ne doit pas en mettre beaucoup car il y a clairement trop de sucre et très peu de chocolat. Tout comme la chaine de télé Russia Today ou l’agence de presse Sputnik qui prétendent informer alors qu’elles font de la propagande, Alionka n’est pas une barre chocolatée, c’est juste une icône.

Pour apprécier Alionka, il faut peut-être avoir vécu du temps où l’entreprise qui le fabrique fut créée, sur ordre du Kremlin de Brezhnev. Alionka est le nom de la jeune fille qui illustre le paquet et qui fait plus parler d’elle que le contenu.

Un jeune couple m’a dit dans le super marché ou j’achetais cette tablette qu’Aljonka est plus connu en URSS que la Mona Lisa de Léonardo Da Vinci ( comme quoi Russia Today et Sputnik font bien leur boulot ), d’autres disent que ce serait Svetlana Allilueva, La fille de Staline.

L’artiste activiste Pavel 183, la décrivait comme étant “La personne la plus radieuse sur terre, naïve et altruiste”, “une image de l’enfance moderne” mais il ajoutait “Tout le monde est obligé de se vendre dans l’enfance (…/…) la vie dans le monde moderne est organisée de telle sorte que nous tous, comme l’anonyme Alionka, nous nous vendons, volontiers.”

On est loin du chocolat et du thème de ce billet, alors j’arrête ici et vous souhaite un bon appétit.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *