Haribo, c’est bon, ça pue

J’aime bien dévorer compulsivement des Gummibärchen, j’aime bien me taper goulûment un mini-paquet de fraises Tagada ou de Banan’s, je me bourre même parfois de Chamallows, mais après avoir vu ce que j’ai vu dans un supermarché en France, je dis Stop! Haribo, c’est bon c’est beau mais pas tout le temps, ni partout. C’est comme la musique, pas tout le temps. Ni partout.

Qui est l’enfoiré de responsable marketing qui a eu l’idée de nous pourrir la vie en mettant sur le marché des désodorisants parfumé aux fraises Tagada, Banan’s et autres Chamallows, comme si les sapins qui pendouillent aux rétroviseurs des taxis n’étaient déjà pas de trop.

Car le pire, c’est qu’ils vont en vendre. Ils vont lancer un concours sur Instagram, envoyez-nous vos meilleures photos de désodorisant Haribo dans votre voiture ou dans votre chambre.

Le pire aussi c’est que le désodorisant en forme de bananes va empoisonner un ou deux bébés qui ne savent pas lire et qui prendront ces trucs pour des bonbons. Et là Haribo lancera un autre concours “envoyez-nous des photos de vos enfants en train de s’étouffer avec nos désodorisants.” Ce sera un gros succès du marketing digital et un exemple enseigné dans toutes les bonnes écoles de com.

Au passage notez que désodorisant se dit rafraîchisseur d’air en Allemand et en Anglais mais ambianceur en Espagnol. Donc quel que soit le pays plus ça pue, plus c’est frais, mieux c’est.

You may also like...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *