Concert de Fat Freddy’s Drop à l’Astra

fat-freddys-drop-astra-berlin A berlin - Photo copyright Didier Laget Voilà des mois que je voulais les voir. C’est fait, Fat Freddy’s Drop jouait hier à L’Astra. J’y étais. Petite vidéo.

La difficulté, quand on a vraiment aimé quelque chose, et d’éviter les “c’était super”, “trop cool” ou “trop de la balle”, et justement j’ai vraiment aimé ce que j’ai entendu. Alors, ça va être difficile de ne pas superlativiser. Je commence avec le son, maîtrisé et… Parfait, en tout cas quand on se tenait près de la table de mixage. La lumière pareille. Pas de strobe bien pourri, que des effets “musicaux”.
Quand à la musique, c’est là que j’ai envie de dire super, trop cool, etc. Car c’était le cas. Il était impossible de résister à ce groove, mélange subtil de boucles, de percussions et de samples, il était la base ronde et chaude sur laquelle la belle voix de Dallas Tamaira swingue et se promène, dispersant au dessus de la foule, des paroles lumineuses. Je pourrais comparer ce concert à une ascension permanente, on monte, on monte, puis croyant être au sommet, les cuivres prennent le relai et vous poussent encore plus, j’ai rarement entendu des solos de trombone aussi inspirés, pareil pour la trompette ou le sax… Super, trop cool, génial…
Les morceaux sont longs, avec de longues improvisations, pourtant, l’équilibre est tellement trop cool, super, etc. qu’ils semblent ne durer qu’une minute ou deux. J’ai aussi remarqué un truc , en général, les groupes accélèrent le tempo de leurs titres quand ils jouent live, pas avec Fat Freddy’s Drop, je crois même que certains étaient ralentis, permettant à un groove encore plus puissant que sur les CD de s’installer et de vous emporter… Encore plus haut.
Écoutez n’importe lequel des CD de Fat Freddys Drop, je vous garantis un moment de lévitation. Vous avez remarqué comment, en ce mois de novembre, le temps passe du gris nuageux au bleu et soleil? C’est simple, le bleu et le soleil, c’est quand suffisamment de gens écoutent “The Raft”, le premier titre de “Dr Boondigga and the Big B.W.” ou The Camel
Très bientôt, je mets la vidéo en ligne.
[ Je passe en mode grogon ]
Je ne trouve pas très malin, d’avoir entassé autant de monde dans cette sale. Le concert était sold-out. La sale, elle, était plus que sold-out, tellement pleine, qu’à certains endroits les déplacements étaient impossibles. Le concert avait à peine commencé, que j’ai vu une jeune femme faire un malaise. Pas lié à l’absorbions de drogues ou de trop de bière, mais à la pression de la foule. Pour 30€, j’aurai aussi aimé avoir un peu d’air pour respirer. Je n’ose imaginer ce qui se passerait en cas de panique, baston ou incendie. C’est pour ça que je n’irais plus à L’Astra.
[ Fin du mode Grognon ]

You may also like...

2 Responses

  1. polo du sud says:

    j’imagine le bon moment que tu as du passer . funk ,reaggae , cuivre jazzy , samplers ; fat freddy mixe tout ces styles , et la voix soul du chanteur… magique !
    veinard !!!

  2. marie says:

    Super extrait, les cuivres, le solo de grat’ à la fin…tout y est. Zut, on a raté cela !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *