Disparition de la faune berlinoise


De moins en moins d’insectes, donc de moins en moins d’oiseaux, c’est-à dire à terme, de moins en moins de faune sauvage… Et la communauté Européenne qui autorise la fusion de Monsanto et de Bayer!

À Berlin, on peut encore voir des abeilles butiner, des renards fureter, des hérons huer et des sangliers glander dans le Hasenheide et un éléphant jour au ballon dans la Friedrich strasse. Mais si ça continu comme ça, ils iront rejoindre le Dodo du Muséum d’histoire naturelle et ces grafittis seront la seule trace de vie sauvage à Berlin.

Puis les graffitis seront aussi effacés pour que tout soit bien propre et les enfants pourront vraiment dire que les poissons sont panés et de forme carrée.

C’est juste un coup de blues, ça va passer.

Pour info à Berlin on trouve des mérous, en tout cas un mérou et des Esturgeons, ainsi que des carpes et une baleine.

Les insectes

Une internationale, menée en Allemagne depuis 1989, annonce : « Nos résultats documentent un déclin dramatique des insectes volants, de 76% en moyenne et jusqu’à 82% au milieu de l’été, dans les aires protégées allemandes, en seulement vingt-sept ans ».

Les oiseaux

Attribué par les chercheurs à l’intensification des pratiques agricoles de ces vingt-cinq dernières années, le déclin observé est plus particulièrement marqué depuis 2008-2009, « une période qui correspond, entre autres, à la fin des jachères imposées par la politique agricole commune [européenne], à la flambée des cours du blé, à la reprise du suramendement au nitrate permettant d’avoir du blé surprotéiné et à la généralisation des néonicotinoïdes », ces fameux insecticides neurotoxiques, très persistants, notamment impliqués dans le déclin des abeilles, et la raréfaction des insectes en général.

Sources:
Le Monde
Frankfurter Allgemein

You may also like...

2 Responses

  1. Goeft dit :

    Une tante (agricultrice) par alliance me disait samedi que si on voit moins d’hirondelles (elles sont de retour depuis env. 15 jours), c’est parce qu’il y a moins d’étables et donc moins de mouches à gober.

  2. Goeft dit :

    Le Lion me rappelle un bronze d’un bison dans le Westpark à Dortmund en 1990. Des graffeurs y avaient vidé leurs reste (ou pas) de bombes de toutes les couleurs. Faut que je retrouve la photo dans une de mes boîtes ( ah l’argentique ! )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *