Cornelia Schleime – Ein Wimpernschlag à la Berlinische Galerie

J’imagine que Cornelia Schleime n’éprouve aucune ostalgie et que les safaris en Trabi dans Berlin lui donne la chair de poule. Elle est née en 1953 à Berlin Est. Après avoir étudié la coiffure et le maquillage elle se tourne vers les Beaux-Arts à Dresde ou elle est inscrite à la Hochschule für Bildende Künste.

Elle y préfère travailler sur son propre style que sur la tradition de l’école de Dresde. Dans les années 80 elle réalise quelques courts-métrages, où elle évoque la triste situation des femmes en Allemagne de l’Est. Évidemment ça ne plait pas aux gentils Ossis qui interdisent l’expo où elle voulait montrer ce travail.

En 1984, elle s’enfuit de RDA pour l’Ouest en emportant seulement quelques toiles roulées et une valise. En représailles toute son œuvre restée en RDA est détruite. À l’Ouest, elle repart de zéro et fini par atteindre une certaine notoriété.

Lors de l’ouverture des archives de la RDA dans les années 90, elle apprend qu’un de ses meilleurs amis, l’écrivain Sascha Anderson, l’espionnait, elle et d’autres artistes pour le compte de la STASI.

Si je donne tous ces détails, c’est parce qu’ils ont leur importance dans son œuvre par exemple dans “Stasi-Serie” qui est exposé en ce moment à la Berlinische Galerie après qu’elle a reçu l’an dernier le Prix Hannah-Höch pour toute son œuvre.

Allez-y, prenez le temps de lire les cartels, et si vous parlez Allemand, lisez aussi les comptes rendus d’activité de la STASI sur son compte qu’elle a illustré à sa manière.

Dates et tarifs ici: Cornelia Schleime – Ein Wimpernschlag

Cornelia Schleime stasi-02

Cornelia Schleime stasi-08

Cornelia Schleime stasi-03


À partir de 1975 Sasha Anderson, sous les noms de David Menzer, Fritz Müller, est indicateur pour la STASI (IMB: Inoffizieller Mitarbeiter mit Feindberührung). Il surveillait particulièrement les artistes de la scène underground de Prenzlauer Berg, des gens comme Elke Erb, Jan Faktor, Wolfgang Hilbig, Uwe Kolbe, Bert Papenfuß-Gorek, Lutz Rathenow et bien sûr Cornelia Schleime. On comprend pourquoi il est plus connu de nos jours sous le nom de “Sascha Arschloch”

You may also like...

1 Response

  1. Laurent says:

    On parlait de Google avec des amis (la Learning machine, panda, etc.) et on a comparé divers résultats, et puis j’ai tapé “le meilleurs blog sur Berlin” et devine qui est arrivé en haut de la première page?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *